Logo Saint Philbert en Noirmoutier

Publicité Publicité
Visite à Rome pour Amoris Laetitia
Pape François, Mgr d'Ornellas (évêque protecteur) et 2 modérateurs © Mardi 30 janvier après la messe avec le Pape

Visite à Rome pour Amoris Laetitia

Cardinal Farrell, Préfet du Dicastère pour la Famille et la Vie © Lundi 17H à 17H45

Dans le cadre de sa responsabilité de conseiller spirituel pour le CNDA, le Père Cieutat a pu rencontrer avec une délégation le Pape François et 3 cardinaux de la curie sur le thème de "la fidélité dans le sacrement de mariage".

Voici un petit compte rendu d'un séjour hors norme au Vatican et à Rome.

Nous venons de vivre 24 heures exceptionnels à Rome avec une délégation de la Communion Notre Dame de l'Alliance (Personnes Mariées, Séparées, Fidèles) invitée par le pape François à partager l'Eucharistie dans la chapelle Sainte Marthe.
 

Ce signe de communion de la part du Saint Père fait suite à l'envoi personnel de la part de la CNDA (dont je suis le conseil spirituel général) de sa réception à son exhortation Amoris Laetitia sur la mariage (voir PJ).
 

En substance, la réception de la CNDA souligne d'abord la reconnaissance au Pape pour sa instance répétée sur l'indissolubilité du mariage avec l'exigence de la fidélité (textes mentionnés aux numéros 62, 77, 123, 124, 163, 214, 215, 246).

Puis, le regard réaliste de l'exhortation sur les difficultés du mariage est aussi très apprécié. Cette "approche des crises matrimoniales avec un regard qui n'ignore pas leur charge de douleur et d'angoisse" est d'une grande aide pour tous les couples.

Il est fait mention aussi de deux difficultés à la lecture de cette exhortation.

La première mentionne l'utilisation d'un vocabulaire du monde pour décrire les personnes mariées en situation de séparation dans la fidélité à leurs mariages. Un seul numéro fait mention de leur situation et ils y sont désignés très pauvrement et confusément comme des "divorcés non remariées" (n° 242). Cette désignation ne correspond pas à l'identité de ces personnes qui sont avant tout mariés, avant d'être séparés. De plus, le divorce dont il est question ici ne correspond pas à une réalité reconnue par l’Église. En outre parler de "remariées" ajoute encore plus à la confusion relative à la définition d'une deuxième union qui n'est pas un mariage.

Le pape François en invitant à partager l'eucharistie dans la chapelle de Sainte Marthe une délégation de 10 personnes (hommes et femmes) membres de la CNDA a donc marqué sa particulière sollicitude devant cette réception d'Amoris Laetitia.
En outre, la délégation a été reçue par trois cardinaux responsables directement de ces questions autour du mariage à la curie romaine.

Ces rencontres (d'abord avec le Cardinal Farrell, Préfet du Dicastère pour la Famille, puis avec le Cardinal Sarah, Préfet de la Congrégation pour le Culte Divin, enfin avec le Cardinal Ladaria, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi), d'environ une heure chacune, furent l'occasion de constater la pertinence de cette réception d'Amoris Laetitia pour faire progresser le discours de l’Église sur cette question si importante de la fidélité dans la mariage surtout à travers les difficultés et les angoisses.

Il a été notamment convenu par chacun de l'occasion manquée dans Amoris Laetitia de décrire la fidélité dans la séparation comme un chemin de bonheur, de croissance à la fois humaine et spirituelle.

Ces hommes et ces femmes ordinaires qui vivent cette réalité de la fidélité dans la séparation ont besoin d'être davantage soutenu par l’Église dans ce chemin de croix particulier. Ils ont pu aussi le dire directement au Pape en italien à la sortie de la messe à Sainte Marthe.

Il a aussi été demandée aux cardinaux de pouvoir réfléchir à l'opportunité d'organiser à Rome un rassemblement mondial regroupant les associations de fidèles mariés séparés. Il ne s'agit pas d'en faire un événement de propagande mais de montrer la sollicitude de l’Église pour ses membres blessés qui relèvent le défi douloureux de la fidélité au quotidien dans une situation de rejet par le conjoint.
Enfin, il a pu être souligné que ce chemin de fidélité poursuivi après la séparation n'est rien d'autre que la continuité de l'engagement pris le jour du mariage. Il ne s'adresse donc pas à une élite ou à une vie idéale. Il est profondément épanouissant dans l'ordre de l'amour. Un amour crucifié qui permet de mettre en évidence la concordance profonde avec l'amour donné dans le sacrement de l'Eucharistie. 
En somme, c'est un chemin d'amour exigeant que ces hommes et ces femmes ne veulent surtout pas brader dans leur propre chair ni dans le chair du Christ Eucharistie. Ces rencontres privilégiées furent l'occasion de le redire sans revendication, avec la sueur de leurs vies ainsi données au quotidien. Les plus hauts responsables de l’Église catholique, Épouse du Christ et témoin de Sa fidélité, ont ainsi pu entendre ce message. Ils furent sans aucun doute touchés par ces appels pour être soutenu dans ce témoignage dans un monde où ces hommes et ces femmes sont de plus en plus à contre courant y compris dans leurs familles et avec leurs propres enfants. 

Fichiers PDF

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.